26/07/2007

Là, j'en ai vraiment marre...

De qui se moque-t'on?

Je ne ne l'ai toujours pas digéré et poutant cela date d'une semaine, que...

 

Revenue tardivement d'un dîner, légèrement viné, je suis tout simplement très, alors très, énervée !

Très gentiment, un couple d'élèves m'avait invitée à découvrir un nouveau restaurant à Wavre. L'idée me paraissait amusante et très touchante de parcourir les sentiers de la gourmandise dans une ville qui me rappelait quelques souvenirs émus d'ado : un de mes premiers slows  sur les airs de "Paroles, paroles, paroles...Dalida et Alain Delon )

Le rendez-vous fût pris pour VINOLUBILE...

Romain, l'un des deux véliplanchistes avait été en son temps à la Winnery ( bar à vins où toute l'intelligentsia uccloise se réunit ) un brillant maître de cérémonie, nous racotant avec brio les péripéties, les qualités des ses divines bouteilles. Pour moi, qui avait déjà 20ans de bouteilles, j'avais l'impression d'être une midinette  auprès de cet inspiré qui aurait pu avoir l'âge de mon fils.Bref, ce gars me bluffait, j'avais envie d'aller à sa rencontre dans sa nouvelle crêche.

Ambiance super cool (style Hawaï sans les vagues ni l'exotisme ) même pas tout à fait prétentieux avec tout ça....quoique !

Moi, la groupie des Earth wind &Fire, avec mon éducation des Filles de l'Enfant Jésus, un sens idiot du perfectionnisme et toujours l'idée absurde du "Peut mieux faire", ce soir, oui; monsieur, oui madame, je me suis prise une ratatouille de première classe!(C'est ce qui s'appelle à mon avis : conflit des générations...)

Comme disait Michel Audiard "faut pas prendre les enfants du bon Dieu  pour des canards sauvages"...

Que dire en premier?

La décoration, c'est simple, il n'y en a pas et je vous le concède, ce n'est pas obligatoire pourvu que l'assiette et le flacon...

 

Pour vous mettre en condition : prix de l'addition pour 3 : 200 euros

3 coupettes, 2 entrées, 3 plats, 1assiette de fromage et des vins au verre qu'on a pas compté ( sûrement pas plus de 6 par personne- A savoir que dans une bouteille vous faites entre 8 et 12 verres ) vous vla déjà au parfum

 

 

Numériser0014

 

Où sont passés les vins qu'on devait nous offrir?

Je continue...

Que j' vous explique :

 

l'entrée :

saucisse de morteau à la pistache et saucisse de canard avec haricots "mogette". ça veut nous l'faire chic le haricot sec mais si il n'est pas bien cuit, ça reste toujours une "graine imparfaitement mûre" ( comme dirait Robert , le Petit ), qui nous tombe dans l'estomac... et moi, le fayot qui croque sous la dent, j'aime pas ! même si on m'explique que la cuisson est "al dente", d'autant que  j'avais déjà repéré  un p'tit poivron pas tout à fait déshabillé ( une queue et quelques pepins en guise d'éffeuillage ) je subodore que nous avons à faire à un "designer food"...Euh, quoi c'est ?

 

Le plat : filet de boeuf simmenthal d'AUTRICHE, nous énonce-t'on, ben oui! et alors!( puisque c'est de là même que vient cette race germanique de ruminant domestique) et asperges blanches de Pologne.( et devinez comment sont les asperges...Al dente ! qui croque sous la dent,) par contre le filet lui est "troppo cotto", vraiment dommage...

 

L'assiette de fromages : Franchement bien avec un chaource affiné à merveille.Un peu honteuse, je vous l'avoue, je demande du beurre, y'en n'a plus, juste celui qu'on utilise en cuisine...Euh! bon d'accord...

Je pourrais encore un peu critiquer sur le brillat-savarin malheureusement parfumé à "la truffe" à l'huile (je hais l'huile de truffe !!!y a tout sauf de la truffe )

 

Dessert: Pas de dessert, non, vous n'avez pas compris, y a pas! le chef ne fait pas de dessert, il aime pas...Euh!Alors,bon

 

Je suis sûre que ces ptits gars en veulent et y arriveront avec la prétention due à leurs âges, leurs enthousiasmes de l'authentique, du vrai, du beau produit, leurs décontractions culotées et leurs soifs de s'affirmer mais il leurs faut encore quelques tours de piste, car la plus belle fille du monde ne peut pas donner ce qu'elle n'a pas.( Traduction : les plus beaux produits ne peuvent pas faire les meilleurs mets si on ne maitrise pas le savoir-faire et surtout la cuisson!)

 

Faut-il y aller? Pas avant une bonne année, le temps que les véliplanchistes soient passés "pro". A moins que, vous vouliez séduire une petite du Brabant wallon nostalgique des années babacool  et que vous êtes pèté de thunes....

 

P.S : cela dit, un tout grand Merci à Jean &Virginie pour cette délicieuse soirée complice.

21:54 Publié dans adresses exquises | Lien permanent | Commentaires (16) |  Imprimer | |  Facebook |

Commentaires

Donc une adresse... que je n'essayerai pas.
A Wavre aussi, à l'école de la Providence, on ne mange pas mal, des plats préparés et servis par les élèves. Et cela sans tra-la-la inutiles. Il faut réserver.

Écrit par : GHB | 28/07/2007

Surpris par votre commentaire, car Vinolubile est devenu au fil des visites un des meileurs restaurants qualité/prix de la Wallonie-Bruxelles compris. Un service irréprochable, des mets gouteux et aromatiques, des vins expliqués avec passion...que demander de plus!
A bon entendeur!

Écrit par : Sylvain | 08/08/2007

Faut pas pousser bobonne dans les orties... C'est comme les rillettes, nous ne devons pas avoir les mêmes valeurs...
"un des meilleurs restaurants qualité/prix de Wallonie-Bruxelles" pourquoi pas du monde tant qu'on y est!!

Écrit par : véronique | 08/08/2007

Je trouve décevant de "descendre" des jeunes pleins d'idées et passionnés. Surtout par quelqu'un pensant etre critique culinaire car faisant partie de "l'intelligentsia uccloise"!
Pour info : une bouteille contient 6 verres.
Je conseille Vinolubile pour son accueil chaleureux contrairement à Uccle ou on trouve les "culs serrés".
Merci à Mathieu (le chef) et à Romain (le sommelier) de nous faire partager leur passion des bons produits, qu'on ne trouvent pas toujours ailleurs.

Écrit par : Bélonie | 12/08/2007

Les idées et la passion ne font pas tout...Hélas! Vous m'affublez de titres qui ne sont pas les miens!
Si examiner un fait, en vue de porter sur lui un jugement d'appréciation vous irrite,la chose me navre...
Pour votre info : dans une bouteille on peut faire 6,8,10,12 verres, cela dépend de la contenance du verre.

une expert en vins rares et de collection

Écrit par : Véronique | 13/08/2007

Bonjour,
la viande boeuf simmenthal vient d'Autriche mais on en retrouve en Suisse, Bourgogne, Allemagne. Qu'entendez vous par véliplanchiste, ils font de la voile???!!!

Écrit par : renaud | 16/08/2007

Suis tombé par hasard sur votre site que je trouve extremement bien réalisé. Auriez des bonnes adresses "culinaires" à me conseiller sur Bruxelles et le brabant wallon. Merci d'avance et encore bravo pour vos infos gourmandes.
Marie Françoise - La Hulpe

Écrit par : Marie Françoise | 16/08/2007

Une gargotte sympa ! voici,une de mes adresse secrète :

Den tallurelekker ( le lècheur d'assiettes) - Fermé samedi&dim.- 02/219.30.25.
Excellente blanquette, boulettes sauce tomates- la meilleure mousse au chocolat- Prix imbattables- on oublie les vins et on prend une bonne blanche...

Écrit par : Véronique | 16/08/2007

D'autres adresses Merci pour le conseil mais je connaissais deja...un ami m'avait deja emmené. Auriez vous d'autres adresses secrètes 4/5 ?
MF

Écrit par : Marie Francoise | 16/08/2007

Mon avis sur le Vinolubile... Bonjour et bravo pour votre blog. Votre recette de l’osso bucco y est parfaite (bien que la tomate, contrairement à l’idée italienne reçue, y soit souvent superflue, qu’une demie feuille de laurier suffise amplement et que le bouillon en cube c’est toujours beurk).
Heureux propriétaire d'un four à bois, je ne peux que vous suivre dans votre avis sur les pizza et la couche d'ozone. Il est vrai que mon pain d'épeautre au levain naturel, fermenté 10h, que j'y cuis n'a rien à voir avec ce que je sortais de mon four au gaz.
Bravo donc pour ce site dans lequel vous semblez sensible au bon, à sa recherche, à sa découverte, et à son partage.

Quel étonnement, dés lors, à la lecture de votre critique sur le Vinolubile, qui d’après moi est le seul à des kilomètres à la ronde (ce serait le cas du BVO dans la même ville et veine si le maître d’hôtel non autant véliplanchiste que Romain et Mathieu était un peu moins bancal de la communication) à rechercher du vrai bon produit d’exception, à nous le faire découvrir, à en partager l’histoire et à nous le livrer de la façon la plus délicieusement déférente qui soit.
Je ne peux pas relever vos avis sur la déco, le beurre (aïe…, l’erreur) ou le look des tenanciers, qui d’après moi et d’après la personnalité qui samblait transpirer de vos articles ne devraient pas entrer en ligne de compte.
Le prix, disiez-vous? Grand débat en effet mais révélez plutôt quelles sont vos références gastronomiques à 50€ max./pers. pour trois services de qualité et le vin (adapté ici à chaque met, soit le doux plaisir de goûter jusqu’à 6 ou 7 vins par repas si votre conjoint est partageur).
Pour ce qui est des dessert, je n’ai pas compris non plus vos dires, car jamais en une petite 10aine de visites, ils n’ont manqués à la carte!?. Même si ils le choix est effectivement restreint (2 en général) ils sont à chaque fois différents et font mouche, par leur originalité, leur équilibre et leur légèreté, à tous les coups.

On est bien d’accord, il leur reste encore un accordage fin à effectuer pour qu’ils nous lâche le phénix, leur «little wing», mais ils ont ouvert il y a un petit 10 mois, ne sont pas encore trentenaires et proposent déjà beaucoup plus de plaisirs que 98% des établissements de la région qui ne jouent, dans le meilleurs des cas, que de la condescendante variété.

Entre nous, le bœuf Simmenthal est autrichien, allemand, africain ou moldave en fonction de l’endroit ou il est élevé! C’est de son terroir que l’on vous parlait. Vous savez, comme pour le vin?
…et un haricot trop cuit est un fayot qui, comme la plupart des produits trop cuits, a perdu son identité, alors quand les produits sont de qualité, garantie par AOC ou par les sens du dénicheur, c’est vraiment dommage,non?
Reste juste à être outillé pour faire la différence, et j’ai cru comprendre que votre terrain de jeu était plutôt le vin rare, les vieux millésimes, en d’autres mots: les arômes tertiaires… (hum).

Une dernière chose: le brillat-savarin à la truffe concocté par M. Damien Avalosse de la Petite Ferme à Erpent (médaillé d'or 2006 au concours du meilleur Fromager Affineur de Belgique et médaillé d'argent 2007 au concours international du métier de Fromager au Caseus Award de Lyon) que vous avez eu le privilège de manger au Vinolubile doit contenir à peu prés autant d’huile de truffe que la «soupe de truffe noire Elysée» de Paul Bocuse, si vous me suivez.

Un conseil à ceux qui liraient ces lignes si elles ne sont pas censurées: surtout n’attendez pas un an avant d’y aller, ce serait du temps et de l’argent perdu ailleurs.

Bien à vous,

Écrit par : Paul Francisco | 17/08/2007

Vous m'en voyez ravie... ...qu'il y ait des défenseurs pour mes deux véliplanchistes!
Malheureusement pour moi, le souvenir de cette soirée reste une grande déception!
Nous y venions mes camarades et moi-même, portés par une rumeur des plus alléchante, remplis d'enthousiasme pour tout ce que vous avez énoncé, tout simplement, les sens en goguette, le plaisir, le "carpe diem" si vous préférez! Ce moment suspendu, simple, généreux , bien trop rare, celui qui fait que vous savez pourquoi vous êtes vivant !(ce serait, plutôt ça, mon terrain de jeu !)

Mais voilà, le plaisir gourmand n’était pas au R.V…

Je préfère pour le même prix, le même cadre, la même jeunesse, le même enthousiasme, les km en moins,- me rendre ( j’adore l’expression !, c’est comme « rendez-vous » !!! mais c’est une autre histoire !) chez :


Tango
Rue Veydt 41
1050 Ixelles
tél. : 02/534.19.00


Écrit par : Véronique | 17/08/2007

Que les choses soient dites... Vous vous prétendez prof de cuisine...vos clients doivent se faire rare pour mettre en doute et cracher ainsi votre venin sur ces 2 jeunes associés. Votre frustration vous empêche-t'elle de voir ce qu'il y a d'essentiel?
Il est vrai que Mathieu, le cuisinier, ne fait pas des courbettes à chaque fois qu'il dresse un plat mais, ses ingrédients sont vrais, authentiques, parfois osés mais ce, toujours accompagnés d'un subtile mélange de saveurs et d'une sensation de goût retrouvé.
Quant à Romain, le sommelier, lui non plus n'a pas l'apparence d'un collet monté. Il a cette capacité, que l'on soit novice ou fin connaisseur, de rendre le goût et la connaissance du vin plus accessibles. Ici, on ne s'asseoit pas sur un balai en faisant semblant de s'y connaître et de se la jouer grand prince. Des questions, des doutes, des envies... et son savoir-faire fait le reste.
Onéreux? Quelle idée? Rien ne vous oblige de boire et de consommer à l'excès. Je ne suis pas Crésus et pourtant, je me suis régalée et ce, sans devoir courir chez mon banquier!
Ambiance baba-cool? Certes le cadre est simple et le concept sans trop d'artifices. Mais ici, le port de la cravate n'est pas rendu indispensable et on se passe très bien des mondanités quelque peu démodées. On s'y sent chez soi et chacun y trouve sa place. Pour mieux savourer, vaut mieux être décontracté. Arrêtez d'être guindé,respirez et profitez.
Sur ce, bon appétit.

Écrit par : Catherine | 17/08/2007

Tuut, tut, pouêt,pouêt... Eh! la suffragette anonyme, vous carburez à quoi?!
S.V.P. Tea-break ! merci!

Écrit par : Véronique | 17/08/2007

Une bonne surprise... Décidement, voilà une adresse qui ne semble pas laisser indifférent... voici donc un petit avis de plus...

Tout d'abord, ce resto, je l'ai déniché sur Sensum.be qui constitue je trouve une bonne référence sur ce qui se fait de moderne, fiable et innovant en Belgique... Il y manque évidemment des adresses phares de notre paysage gastronomique mais quand on fait référence à des tables comme re-Source, Couvert Couvert, Yoma ou Pastabasta (sans parler des Hof van Cleve ou L'Air du Temps), le risque de se planter devient minime. Après, il s'agit d'une question de goûts, de critères d'appréciation qui varient selon chacun mais à priori, on part plutôt pour une expérience satisfaisante.

Il s'agit également de savoir où on va et clairement ici, on s'attend à une cuisine "bistro" bien faite proposée dans un concept bar à vins. C'est dans cet état d'esprit que j'étais donc prêt hier midi à réserver chez Vinolubile pour y dîner le soir même quand je suis tombé sur votre post et je dois avouer qu'il m'a plutot interpellé... vos réserves me semblant en effet justifiées et contrastant sévèrement avec les commentaires de Sensum.

Au final, par un heureux hasard de circonstances (tous mes plans B fermés :o), 21h30, je me suis finalement retrouvé à cette table pour y dîner ! Et voici mes impressions :

- le cadre est simple, y'a de l'Ikea partout :o) mais le soir, cette ambiance tamisée a son petit effet, les tables sont bien espacées, peu nombreuses, bougées dissiminées un peu partout, atmosphère assez intime et je dois dire qu'au final, ca marche plutôt pas mal. On s'y sent bien.

- le service est très détendu mais attentif (c'est finalement le plus important), on m'a proposé 3 fois du beurre :o) (ce qui m'a fait sourire en me rappelant votre post). On sent une énergie, une envie de rendre service, de répondre aux attentes qui démontre une réelle volonté de bien faire.

- Le repas : pas de carte, tout est inscrit au tableau noir : 3 choix d'entrées, 4 choix de plats, idem pour les desserts (re-sourire...)

Alors, là, effectivement, cela prête plus à discussion : Côté entrées, peut clairement mieux faire (en tous cas ce soir là car il semble que la carte change tous les 2 ou 3 jours) : Croustillant de nouilles, lemongrass, espadon et mayonnaise de tomate sechées : ouaip, bof, copieux mais sans relief, croustillant sans intérêt, pas goûté le lemongrass, espadon ok mais pas mis en valeur, seule la mayo était originale. Ma douce avait choisi un carpaccio de mozzarella accompagné de boulettes de saucisse de Morteaux, plutot réussi, goûts bien tranchés mais un peu écoeurant car trop copieux.

Sur les plats : un sans faute càd répondant à mes attentes pour ce type de resto je le rappelle, je ne m'attendais pas à un Gagnaire .. :o) : pour moi un saumon extrêmement bien cuit, fondant comme je l'aime, accompagné de pommes grenailles/oignons/fenouil/figues fraîches (délicieux mariage, une vraie découverte), tandis que ma chérie dégustait une belle entrecôte tranchée, cuite à point comme souhaité, accompagnée d'un gateau de champignons, manifestement très réussi.

Sur les desserts, nous avons pris un fromage frais et fruit rouges, ainsi qu'une sélection de fromages. Là encore, très bons produits, et à nouveau copieusement servis. Un bémol, le choix des desserts est assez pauvre et ne fait pas forcément envie. On sent effectivement que ce n'est pas le terrain de jeu préféré du chef.

Bref, en dehors du choix des desserts et des entrées qui pourraient être mieux réalisées ou qui pourraient proposer un choix plus simple mais d'avantage axé sur l'expression des goûts, j'ai constaté une bonne technique de réalisation (cuissons, associations, assaisonnement, dressage dans l'assiette) et un choix de produits de qualité (saumon, entrecôte, figues, fromages...).

- Les vins : comme pour les mets, pas de carte non plus mais ce n'est franchement pas un problème ! Le sommelier se renseigne sur vos goûts, préférences, vous fait goûter ce qu'il aura sélectionné au verre pour votre plat, et si vous n'aimez pas (ou peu), vous changez ! Ce concept est particulièrement intéressant quand il est animé par qqun qui prend un plaisir malin et visible à le faire. Et c'est le cas ! Tous les verres dégustés hier soir (5 au total) ont été judicieusement choisis, font la part belle aux vins découvertes (Elian Daros, Rectorie de Centernach,...).. un vrai plaisir !

- L'addition : 105 euros à 2, correct.

Alors verdict ? Quand je visite un resto, l'essentiel réside dans le plaisir d'avoir féquenté une table quelques heures, partagé un moment de cuisine, de découverte, de rencontre, intégrant l'ensemble des critères mentionnés ci-dessus. Et je dois avouer qu'au final, avec ces défauts et ces qualités, ce restaurant laisse son empreinte. On ne peut effectivement pas y être réceptif, mais on peut aussi accrocher au concept, à ces 2 jeunes gens qui ne revendiquent pas une cuisine haut de gamme, mais proposent simplement de passer un bout de temps dans un cadre simple certes mais convivial, essayant de proposer une cuisine "bistro" de qualité, et des vins en harmonie.

Pari plutot rempli me concernant et donc une bonne surprise !

Écrit par : Laurent | 18/08/2007

Jour de scoumoune Il y a des jours comme cela!!!Mes amis et moi n'avons pas eu de chance...

Écrit par : Véronique | 18/08/2007

Je fais partie des 3 personnes qui ont été déçues ce fameux soir.
Je tiens quand même à préciser que nous connaissions Romain avant d'aller décourvir ce restaurant et que nous y sommes donc allé avec un "a priori" plus que favorable.
Ce n'est donc pas un simple amusement de notre part d'émettre une critique. La déception est d'autant plus grande que l'on a placé la barre à un certain niveau.
Je rajoute même le bémol de l'erreur dans l'addition en notre défaveur (j'aime pas çà surtout qu'elle était salée!).

Écrit par : Virginie | 27/08/2007

Les commentaires sont fermés.