16/12/2008

L'oignon : larmes du crime

Lorsque la lame rencontre l’oignon pour le découper, elle déchire ses cellules dont certaines enzymes, en réaction avec l’air vont libérer un composé soufré très volatil : le sulfate d’allyle. Proche du composant principal des grenades lacrymogènes, ce sulfate d’allyle est agressif pour la cornée, nos yeux commencent alors à nous piquer. Pour se défendre, le cerveau provoque une grande production de larmes et le clignement des yeux. Car le battement des paupières permet d'étaler le liquide sur toute la surface des yeux : autrement dit, les larmes sont produites abondamment pour rincer les yeux.

 

 Mais le pire reste à venir, car au contact des larmes, ou plus exactement de l’eau composant les larmes, le sulfate d’allyle se transforme en un liquide tout aussi urticant( il se dissout, ce qui entraîne la formation d'acide sulfurique particulièrement irritant). Ainsi plus nos yeux nous piquent, plus nous pleurons. Donc, plus on pleure, plus il y a d'eau et plus il y a d'acide sulfurique et plus on pleure...

 

Quand l’heure tragique de l’épluchage arrive, on y va tous de nos petits conseils :

-depuis toujours lors de mes cours de cuisine, je laisse systématiquement cette tâche aux hommes ( j’adore voir les hommes pleurer !)

- D’autres conseillent de manipuler les oignons sous un filet d’eau pour limiter le dégagement de ce sulfate d’allyle, ou pour ceux qui n’ont pas peur de se couper de le faire en aveugle dans un sac en plastique. Un autre conseil plus pratique mais moins efficace est de laisser les oignons au réfrigérateur car une fois refroidies, les cellules libéreront beaucoup moins de ce composé urticant.

- Au U.S.A il existe une paire de lunettes spécialement conçue pour cette torture sur amazon.com à 18,04 dollars:

lunettes à oignons

http://www.amazon.com/gp/product/B0014SQU1A/104-7786978-6319933?ie=UTF8&redirect=true&tag=laughingsquid-20

Mais la solution m’a été donnée la semaine dernière par une charmante participante en quête de soulager les hommes du cours de cuisine :

Trancher d’abord le côté pointu de l’oignon, ensuite effeuiller chaque feuille et terminer par trancher la partie chevelue de l’oignon. Incroyable mais vrai ! ça marche ! Je ne pourrai plus, jouer les  "Madame Mac'Miche* "!

 

SSA54767

 

*La méchante veuve dans - Un bon petit diable de la Comtesse de Ségur.

15:45 Publié dans petites histoires culinaires | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook |

Commentaires

Pour ne plus pleurer en épluchant les oignons J'ai constaté qu'avec un couteau au tranchant "rasoir" (couteaux japonais), on ne pleure pas (cellules tranchées net sans être écrasées) ; quand on pleure de nouveau, c'est que le couteau doit être aiguisé. Cordialement.

Écrit par : Francis Cloche | 21/12/2008

Les commentaires sont fermés.