06/05/2010

Jean-Yves Bordier, le poète du beurre

Connaissez-vous Jean-Yves Bordier ?

 

Voici son billet d’humeur ainsi que son lip dub*. Indubitablement, cet homme n’est pas banal. Il respire la bonne humeur et la gourmandise. Jean-Yves Bordier fait son beurre en prenant son temps, à partir d’un grand beurre ? issu de lait bio. Dans l’industrie, 24 heures séparent la traite de la plaquette, il faut 3 jours au beurre Bordier pour « se faire ».

 

090717155423593_10_001_apx_470_

J.Y.Bordier ( OuestFrance)

 

Entièrement dévoué à vos tartines

Le Terroir, l’Animal, le Tour de Main et la Saison sont les quatre dons que la Nature nous a offerts pour inventer LE BEURRE !

Le Beurre est un aliment naturel, transmetteur de saveurs et éminemment social. De la « graisse des barbares », en passant par la transgression religieuse de la Renaissance, la sublimation culinaire du 19ème siècle, il a atteint l’universalité.

Le Beurre est le « gras du vivant » par excellence, engendré par le lait de la maternité, il célèbre les cinq sens : Couleurs, Textures élégantes et saisonnières, les Bruits intimes de la fabrication, le Goût traducteur du Terroir. Et cette Odeur de Beurre frais qui se mélange au café du matin ! Ce jaune bouton d’or qui vient mourir, soyeux, sur le bord croustillant du pain quotidien !

Le Beurre unique! Le Beurre magique!!!

Jean-Yves Bordier

 

Produits :

-le beurre doux

-le beurre demi-sel : - de 3% de sel

-le beurre salé : + de 3% de sel

-Le beurre au sel marin fumé Ce beurre est fumé avec un sel issu de la tradition scandinave. Ce sel marin de Norvège est « fumé » comme le veut la tradition par l’association de différentes épices. C’est un subtil dosage de poivre, d’oignons, de curry (curry qui est lui-même un mélange d’épices) qui donne cette incroyable sensation de « fût maison » et cette profondeur de richesse aromatique. Ce beurre au sel fumé est un beurre automne-hiver. Il fait merveille avec les viandes blanches et le gibier, tout simplement fondu sur un poisson au four ou

avec des pommes de terre écrasées dans lesquelles on aura jeté quelques champignons cuisinés au sel fumé.

-Le beurre aux algues- très subtil grâce aux intensités différentes des algues

(porphyra, nori et laitue de mer)

-Et le petit dernier un beurre au yuzu ( agrume japonais)

 

Le beurre Bordier se mange cru ou fondu, jamais cuit.

 

Où le trouver :

 

Distribution :

L’art et le goût de Jean Philippe Rougier- O2/513.01.31

112 Bd de l’humanité- 1070 Bruxelles

 

Détaillants : Chez MmmmhStore et Rob

 

*Un lip dub (anglicisme) ou clip promo chantant est une vidéo réalisée en playback et en plan-séquence par des collaborateurs au sein du milieu professionnel et généralement destinée à une diffusion sur Internet ou autres réseaux.

 

 

11:04 Publié dans adresses exquises | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook |

Et Vive le beurre…Tout ce que vous devez savoir…

Sans gras, la vie serait impossible ! Car les corps gras interviennent essentiellement à tous les niveaux de vie : fournir de l’énergie, participer à l’architecture des structures, constituer les précurseurs d’hormones (les aliments de l’intelligence et du plaisir- Dr J.M Bourre)

 

 

 

 

 

Si vous vous retrouvez ce soir, ce jeudi 6mai devant le petit écran, Envoyé Spécial sur FR2 , diffuse à 20H30, un documentaire sur le beurre (Beurre, de l’or en baratte)- (Rediffusion dans la nuit de vendredi à samedi)

 

En 2010, La France reste le plus gros consommateur de beurre au monde avec 8kg par personne et par an. Pourtant, les dix dernières années, les ventes de beurre se sont effondrées de 30% dans l’Hexagone. En cause, sa mauvaise réputation. Accusé de faire grossir, de favoriser le cholestérol ou d’être cancérigène, les consommateurs lui ont préféré l’huile d’olive et la margarine. Mais aujourd’hui, porté par les grands cuisiniers, les amoureux du goût et les innovations des industriels le beurre, symbole du terroir, fait son grand retour. Quels sont les secrets de fabrication d’un bon beurre ? Beurre artisanal et beurre industriel partagent-ils les mêmes recettes ? Et les beurres allégés, derniers nés du marché, sont-ils vraiment bons pour la santé ?

 

Le beurre est-il bon ? On ne parle pas du goût, domaine où cet ingrédient a conquis le titre d'excellence, mais l'interrogation concerne la santé. Et là... Lorsqu'il roussit au fond d'une casserole, il est accusé de boucher les artères, d'alourdir les poignées d'amour et de bien d'autres vices encore. Bien que premiers consommateurs au monde de beurre, avec 8 kilos par an et par tête, les Français s'en servent moins pour leurs tartines depuis dix ans : ses ventes ont effet fondu de 30 % au prof t de l'huile d'olive et de la margarine. Mais il y a beurre et beurre ! Le bon beurre doit être clarifié, débarrassé du restant de petit-lait qui s'y cache. Ne supportant pas la chaleur, ce reliquat est cancérigène s'il noircit sur le feu. Le beurre fermier survit dans les fermes de Bretagne. La crème doit être barattée, si possible dans une cuve en bois, comme le bon vin. Ce traitement à l'ancienne révèle sa saveur de noisette.

Le quidam est condamné aux beurres de supermarchés, affublés d'adjectifs pompeux sortis de l'imagination des experts en marketing. Mais ces nouveaux beurres « allégés » ou « gourmands » sont trompeurs. Moins chers, ils sont bourrés d'additifs et de matières peu onéreuses. Croyant faire une affaire, le consommateur paye au prix fort un peu de beurre noyé dans d'autres choses qui ne coûtent rien - les campagnes de pub représentant le vrai coût de ces produits.

Le reportage revient également sur ces milliers de tonnes de beurre avarié empaquetées par la Camorra dans le sud de l'Italie et exportées à travers le monde comme beurre de pâtisserie. Au passage, les fraudeurs napolitains et leurs complices français et belges empochaient les diverses aides à l'agriculture européenne.

Les principaux industriels n'ont pas voulu que soit filmée l'intérieur de leurs laiteries. Un seul a joué franc jeu : Isigny Saint-Mère. Il faut dire que ce crémier donne dans le haut de gamme. Il baratte encore. Le prix s'en ressent mais le palais, lui, jubile. A force d'explorer le sujet, ce film, par ailleurs passionnant, oublie malheureusement de répondre à la question de départ : le beurre est-il oui ou non dangereux pour la santé ? ( Nouvel Obs.Bruno Birolli)

10:47 Publié dans Actualités sensorielles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook |