04/03/2012

Musiques et vins

Une première expérience m’avait intriguée il y a quelques années…

Invitée sur Musiq 3 pour l’émission « Table d’écoute », la journaliste,  Anne Mattheeuws m’avait demandé d’associer 4 versions de la petite musique de nuit  de Mozart avec un vin. J’avais eu un sobre descriptif de chaque version et déjà l’analyse sensorielle du morceau m’avait fait sourire :

Version A : énergique, lumineuse, fougueuse, avec un côté un peu motorique, mécanique

Version B : lyrique, premier violon très présent, nuancé en finesse.

Version C : version toute en légèreté, pétillante, colorée

Version D : un peu mou, son rond ; assez bien dans le registre grave, le chant disparaît, un peu noyé dans l’acoustique

Comment ne pas déjà visualiser, sentir le vin approprié.

Les adjectifs utilisés pour la musique pouvait tout à fait s’adapter au langage du  vin.

J’ai toute suite pensé  à un Puligny Montrachet ( Drouhin, Jean-Marc Morey, Fontaine-Gagnard et Verget furent de la partie !)

 Je me rappelais la métaphore viticole du grand Chef d’orchestre Simon Rattle,

je quitte un beau Sancerre pour un grand Meursault (à propos d’un changement d’orchestre de Birmingham pour le  Philarmonique de Berlin)

Dégustations auditivesimagesCA68E0QV.jpg

Bruno Mantovani , compositeur et Directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, n’en n’est d’ailleurs pas à sa première tentative du genre puisqu’il a déjà composé :

« Quelques effervescences », un duo pour alto et violon restituant les sensations provoquées par les vins pétillants ainsi qu’une improvisation pour piano sur les gaufres de la maison Meert à Lille en novembre 2008, ainsi que son fameux Le thème joué après un repas chez Ferran Adria, orchestre de Paris http://amourplaisiretgourmandise.skynetblogs.be/archive/2009/06/13/bruno-mantovani-cree-une-oeuvre-musicale-inspiree-par-la-cui.html

Comme il l’énonce lui-même : « les deux univers me semblent étroitement liés, dans l’immédiateté de la réception, et dans le parallélisme entre les sensations éprouvées ».

La dégustation et l’écoute,  des choses très proches ! Le vocabulaire traduit les émotions de la dégustation, comme de l’écoute musicale…

Les notes acides iront s’harmoniser avec les aigus et les graves avec le gras et le sucré. Notion d’harmonie, d’équilibre. Pour donner des indications aux musiciens, le Chef d’orchestre se réfère à des métaphores culinaires, jouer de façon plus liquoreuse, onctueuse…

Jouer, le visuel, le goût. Paramètres très simples qui parlent au musicien, au cuisinier et au vigneron.

L’analogie musique et vin peut être faite avec toutes les cuvées et tous les genres musicaux. Pour chaque vin, une musique pour le compléter et le sublimer. La musique stimulerait certaines parties du cerveau, qui seraient donc capables de mieux « décoder » les éléments sensoriels d’un vin.

28729.jpg*« Le Livre des Illusions », hommage à la création moléculaire du célèbre chef espagnol Ferran Adrià

http://www.youtube.com/watch?v=Ec4b-GtzRBM&feature=related

Associer un vin, une musique,  une histoire avec le livre :

Wine sound system- Don Pasta- Autrement- editrice Chloé PathéwineSound-system-france-cover-low-189x300.jpg

Même Apple se met aux accords vin-musique en proposant une application (Wine DJ) qui suggère de la musique en fonction du type de vin que vous buvez

Je propose actuellement un nouvel atelier :

Apprendre à déguster les vins à travers nos références musicales

http://www.voyageatraverslessens.be/index.asp?news_id=7769

14:44 Publié dans Actualités sensorielles | Tags : musiques, vins, bruno montovani | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook |